À propos

VOUS

Nous savons que vous vivez en ce moment des instants particulièrement difficiles et que plusieurs émotions vous visitent.

NOUS

Notre rôle est d’abord d’accueillir votre ressenti avec empathie. Puis, grâce à vos confidences, de concevoir des moments sur mesure afin de mettre en lumière cette vie à célébrer.

ENSEMBLE

Nous rendons hommage à l’humain et gardons son souvenir bien vivant, grâce à des rituels qui marquent les cœurs.


Services

Pour un départ
« Tu n’es plus là où tu étais, mais tu es partout là où je suis. » - Victor Hugo

Vous êtes ici car un être aimé vient de décéder, et les traditionnelles funérailles ne sont pas ce que vous avez en tête pour honorer cette personne.
Vous êtes au bon endroit.

Nous sommes là pour imaginer, vous proposer, puis réaliser des moments touchants, mais qui laissent tout de même passer une certaine lumière à travers la noirceur.

De notre équipe de célébrants respectueux aux lieux les plus splendides, nous prenons à cœur et en charge l’entièreté de l’événement.

Exemple:
Faire vivre une longue tablée dans un lieu féérique réunissant toute la famille de ce bon vivant, un célébrant à son image ainsi que nos amis vignerons. Comme clou du spectacle, sa chanteuse préférée vient surprendre le clan en livrant les classiques de grand-papa Charles.
Avant un départ
« …chaque jour est à lui seul une vie. » - Sénèque

Vous êtes ici car comme de plus en plus d’humains dans le monde, vous avez envie de vivre une célébration de l’existence de votre (ou de son) vivant.
Vous avez compris que les rituels qu'on met en place ne sont pas destinés uniquement aux personnes en fin de vie, LOIN DE LÀ.
Vous êtes au bon endroit.

C’est un honneur pour notre équipe de répondre à cette demande si unique, en fabriquant un moment personnalisé qui respecte les désirs de chaque individu.

Que vous souhaitiez prendre part activement à l’élaboration du scénario ou que vous choisissiez plutôt d’être surpris.e, nous sommes là pour vous écouter afin de concrétiser une idée qui deviendra inoubliable.

Exemple:
Recréer le moment le plus précieux de la vie d’une dame : une croisière sous la pleine lune, reçue à l’occasion de son 25e anniversaire de mariage de la part de son fils. Une joueuse de tambour énergétique est de la partie pour ajouter le son préféré de Danielle, qui lui rappelle les battements du cœur.
Après un départ
« Rien n’est plus vivant qu’un souvenir. » - Federico Garcia Lorca

Vous êtes ici car vous ressentez le besoin qu’un nouveau rituel soit mis en place, permettant de commémorer un proche.
Vous êtes au bon endroit.

Que ce départ soit récent ou qu’il date de plus longtemps déjà, nous vous soumettrons des propositions à l’image de cet individu qui a laissé son empreinte dans votre chemin.

Qu’il s’agisse de disposer des cendres de façon respectueuse mais marquante, ou alors d’instaurer la nouvelle tradition d’une fête familiale annuelle, soyez assurés que son souvenir demeurera bien au chaud dans les cœurs.

Exemple:
Une petite fête est donnée dans une serre, en l’honneur de cette grande fan des plantes et de la vie! Tous les ans autour de la même date, chacun.e prend l’engagement de se réunir au même endroit afin de trinquer à son moment le plus précieux de la dernière année… et de le partager à voix haute à celle dont les racines resteront à jamais profondément soudées.

Équipe

Vicky Lafrenière/ ABITIBI-TÉMISCAMINGUE
Créatrice de moments

J’ai vécu plusieurs départs d’humains très significatifs dans ma vie. Parmi ceux-ci, mon beau-père (« Grand-papa », comme on le surnommait) a sorti ses ailes subitement, sans que nous ayons eu le temps de nous préparer…

Après la cérémonie à l’église, tous les membres de la famille se sont réunis à l’extérieur afin de permettre à chacun.e de prendre un ballon, d’y inclure ses pensées pour lui, et de laisser s’envoler vers le ciel nos souhaits les plus sincères. Un moment touchant, rempli d’amour, de partage, et de douceur.

Sylvie-Léa Pérusse/ LAVAL
Créatrice de moments

Pendant les dix dernières années de sa vie, mon père et moi avons habité tout près l’un de l’autre. Comme sa santé s’est détériorée, j’ai tout doucement pris le rôle d’aidante naturelle.

Confiné à l’unité palliative durant ses derniers jours, on a parlé, ri et pleuré. Nous sommes également souvent restés en silence, remplissant mutuellement notre réservoir d’amour en prévision de son absence imminente. On a planifié des funérailles à son image : musique western et « p’tits sandwichs pas d’croûtes » au menu. Des moments privilégiés et inoubliables, et une vie condensée à l’essentiel…

Cynthia J. Brunelle/ MONTÉRÉGIE
Créatrice de moments

Pendant quatre ans, la maladie de ma mère a pris de plus en plus d’ampleur. Cela nous aura permis de tout nous dire, y compris les premiers « Je t’aime » bien sentis entre une mère et sa fille, des mots d’amour qui nous marquent à jamais de par leur simplicité.

Les trois derniers mois de sa vie se sont passés dans une unité de soins palliatifs. Mais mon père, avec l’aide de l’hôpital, a réussi à lui organiser une sortie spéciale pour célébrer l’anniversaire de mon grand garçon: 3 ans, ça se fête en grand! Ma mère a ainsi pu passer son dernier moment chez elle, sur son fauteuil favori, entourée de ses petits-enfants et de son chat!

 

Jacynthe Maltais/ MONTÉRÉGIE
Créatrice de moments

Mes moments. Chacun de ceux qui m’ont placé en contact avec la VIE. Ces grandes transitions. Ces atterrissages (naissances) et ces envolées (décès) qui mettent en parenthèses nos existences physiques. Chaque fois que j’ai accompagné ces moments, mon cœur et ma conscience ont pris de l’expansion.

Maman, de là où tu es, je pratique ce que tu m’as dit avant de prendre ton envol: le BIEN. Pour moi, et autour de moi. Merci pour les geais bleus. Tu me rappelles encore, deux ans après ton dernier souffle, que tu es tout près de nous. Je tiens encore des mains, je tends la mienne. Merci maman-ange de continuer à m’envoyer de la beauté…

Marie-Josée Legris/ LANAUDIÈRE
Créatrice de moments

En 2019, ma cousine Claire s’est retrouvée en soins palliatifs pour insuffisance cardiaque. Elle avait 59 ans. J’ai eu le grand privilège d’accompagner elle et sa famille dans ces derniers moments de vie.

Ces quelques jours sont marqués à jamais en moi. Même si nous avions toujours été relativement proches, ces derniers instants ont été les moments les plus intimes et les plus tendres que nous ayons vécus. Je sais qu’à l’intérieur de moi. c’est aussi un peu grâce à elle que l’élan d’accompagner la vie est devenu si fort en moi. Elle était rousse et, le jour de son décès, un renard roux est passé sur mon terrain… J’aime ces « moments magiques » de la vie.

Frédérique Lévesque/ LANAUDIÈRE + BAS-SAINT-LAURENT
Créatrice de moments
Dans ma vie, j’ai accompagnée des dizaines de mises au monde, mais les fins ne faisaient pas partie de ce que je connaissais. Jusqu’à ce que celle de ma mamie arrive rapidement…
Lors de son départ réfléchi, souhaité et tant attendu, elle m’a fait le cadeau de pouvoir constater la beauté de ces moments. Dans le confort de sa maison, entourée de sa famille ainsi que de beaucoup d’amour, elle s’est éteinte devant nous, sereine. Qu’aurions-nous pu espérer de plus venant de la femme aussi forte, tendre et fière qu’elle était… un départ inspirant, à l’image de sa vie!
Mélissa Ferretti/ MONTRÉAL
Créatrice de moments

Ma grand-mère maternelle, immigrante italienne qui a vécu la guerre et qui a été déracinée, passait énormément de temps avec moi. Des heures à écouter ses histoires et ses conseils sur la vie… je l’admirais, je l’aimais plus que tout ma « nonna » Eda.

Dans sa chambre à coucher, j’ai tenu sa main durant les dernières heures de son existence. Je lui chantais à l’oreille la berceuse de son enfance. Cette mélodie qu’elle m’avait apprise l’apaisait dans ce dernier moment. Un an après sa mort, le jour de mon anniversaire, je vais dans un restaurant avec une pensée de son absence qui me traverse. La berceuse qui unit nos âmes se met à jouer sur place… Tout à coup, tout prend un sens.

Chloé Germentier/ MONTRÉAL
Créatrice de moments

Mon papa adoré, que j’appelais deux fois par jour, est décédé soudainement en 2016, de l’autre côté de l’océan. J’avais 36 ans. Mon fils en avait 6. Il m’a dit: « Papou est mort? Il faut vite prendre des billets d’avion pour rejoindre Manou! Tu sais, ça ne va pas être très dur pour elle, ça va être trop dur ».

À l’église, mes deux enfants de 4 et 6 ans ont crié dans le micro « Bon voyaaaage Papouuuuuu! » Et les 200 personnes présentes ont applaudi spontanément. Ces applaudissements, dans ce lieu sacré, ce fut comme une déferlante d’amour que nous lui avons envoyée pour qu’il s’élève vers la lumière…

Claudia Delgado/ CAPITALE-NATIONALE
Créatrice de moments

J’ai eu le privilège d’accompagner ma grand-mère maternelle autochtone du Venezuela dans ses dernières semaines de vie. Elle a été la personne la plus significative de mon existence jusqu’à maintenant. Me permettre de prendre une pause de mes études pour aller la rejoindre et vivre ces moments avec elle restera à jamais gravé dans mon coeur.

Dans mes traditions, le tambour est l’instrument qui nous connecte à la Mère Terre, à toutes les mères et à nos coeurs. J’ai adopté cet instrument depuis une bonne décennie. Je me sens proche de l’essence de ma belle « abuela » chaque fois que j’en joue.

Julie Vieira/ LAURENTIDES
Créatrice de moments

Alors que ma meilleure amie était en sédation palliative au terme d’un foudroyant cancer, je me suis réveillée à 16h50 un après-midi, en plein orage. Le souffle court, j’ai regardé par la fenêtre où j’ai « vu sans la voir » ma chum qui me faisait au revoir, toute maquillée et sereine. Dix minutes plus tard, sa mère m’appellait pour me dire que Stéphanie avait rendu son dernier souffle… dix minutes plus tôt.

Tout au long de sa maladie, elle disait que si elle ne s’en sortait pas et qu’il y avait quelque chose après la mort, le ciel serait rose le jour de son départ. Ce soir-là, non seulement le ciel était rose néon, mais les oiseaux chantaient si fort qu’on ne s’entendait pas parler. Ce ciel couleur bonbon nous a accompagnés tous les soirs jusqu’au jour de ses funérailles… totalement in character pour celle que l’on surnommait Zoizo.

Jean-Simon Messier/ LAURENTIDES
Créateur de moments

J’ai été très proche de ma grand-mère maternelle, Rita. À son décès en 2013, on m’a demandé si je souhaitais porter son cercueil. Ce que j’ai accepté… surtout parce que je ne pouvais le refuser.

Bien que je ne sois pas pratiquant, je considère ce moment comme un privilège et un moment de communion avec ma grand-mère. Oui c’est lourd un cercueil, mais c’est surtout lourd de sens d’avoir pu porter en terre celle que je considérais comme ma deuxième mère. Elle me manque et je pense à elle tous les jours, mais j’ai l’impression d’avoir eu la chance de passer un moment de plus avec elle.

Hélène Giroux/ ESTRIE
Créatrice de moments

Mon père, qui était un homme de famille, est décédé seul dans un centre d’hébergement durant la pandémie. Ça peut paraitre déprimant, mais je crois tout de même que la vie est bien orchestrée…

Le matin de son décès, j’emmenais ma mère à un rendez-vous médical et je lui avais proposé qu’on passe voir mon père avant. Comme sa santé se détériorait, cette permission nous avait été accordée. Quand nous sommes entrées dans sa chambre, je me suis vite rendue compte qu’il venait tout juste de décéder. Ce moment intime m’a permis d’accompagner tout en douceur ma mère dans ce passage de sa vie, et de pouvoir redonner un peu de dignité à cet homme fier en lui faisant sa barbe. Ma mère a même accepté de participer au soin, en lui mettant tendrement son aftershave….

Cathy Larouche/ SAGUENAY
Créatrice de moments

Plusieurs grands chagrins d’amour ont ponctué ma vie mais ici, j’ai envie de vous parler de celui de mon grand-père, Adrien. Il avait combattu pendant la Deuxième Guerre mondiale. À la fin de celle-ci, il s’était recyclé en apiculteur joyeux.

Une joie pure et profonde m’habitait lorsqu’il m’amenait courir dans les champs pendant qu’il prenait soin de ses abeilles. Il m’aidait à rester petite. Pendant plusieurs années, mon enfance l’avait suivi au paradis… Aujourd’hui, mes vœux de jeunesse retrouvés, chaque cuillère de miel me rappelle la beauté de ce lien qui va bien au-delà de la vie et de la mort. Nous demeurons aussi proches qu’un souvenir, un écho, un parfum, un éclat de rire, une fleur…

Sophie Niquay Nepton/ LAC-SAINT-JEAN
Créatrice de moments

Ma kukum (mamie) a été la personne la plus significative dans ma vie. J’étais à ses côtés lorsqu’elle nous a quittés pour l’autre monde et ce moment, aussi déchirant soit-il, a également été un moment précieux et révélateur…

Après qu’elle ait quitté son corps, je me suis rendue dehors pour pleurer et j’ai aperçu une volée d’outardes passer au dessus de la maison… je sais qu’elle nous disait au revoir et depuis, lorsque je lui demande un signe, il y a toujours une outarde, sous une différente forme, qui se présente à moi.

Ariann Bellerose/ MAURICIE + CENTRE-DU-QUÉBEC
Créatrice de moments

Une dame que j’ai accompagnée à la fin de sa vie a laissé une empreinte indélébile sur mon cheminConsciente de son choix de recourir à l’aide médicale à mourir, nous avions planifié ensemble le déroulement de son grand départ.

La veille de l’événement, bien que mon mandat professionnel auprès d’elle ait été officiellement clos, j’ai ressenti le besoin de lui téléphoner pour la rassurer, mais aussi pour lui témoigner à quel point notre rencontre avait été significative pour moi. Nos larmes ont coulé; elle m’a confié sa grande joie de savoir que je pensais à elle. Ce moment a façonné ma profonde conviction qu’il est essentiel de suivre son instinct et, surtout, de prendre le temps nécessaire pour exprimer nos sentiments à celles et ceux qui ont su toucher notre cœur.

Karine Leclerc/ MAURICIE + CENTRE-DU-QUÉBEC
Créatrice de moments

Une dame merveilleuse, envahie par l’impuissance et le manque de temps afin de léguer tout ce que son cœur désirait, m’a demandé de la guider dans son processus suivant un diagnostic irréversible. Inspirés par sa personnalité, nous avons écrit un livre pour ses petits-enfants, caché de petits mots dans ses poches de manteaux et ses sacs chéris laissés en héritage, puis avons inscrit derrière des photos de sa famille ce qu’elle avait ressenti à ces moments précieux.

Subtilement, je créais l’espace afin qu’elle réalise que tout ce qu’elle avait semé continuerait de fleurir et de porter ses fruits…

Barbara Lebeau/ OUTAOUAIS
Créatrice de moments

Le 8 mai 2019, alors que j’ai été confrontée au désarroi d’une amie en quête d’un soutien moral face à la mort prochaine de son conjoint, j’étais loin de m’imaginer que ma vie allait prendre un nouveau tournant.

Alors qu’elle vivait une grande peur devant la fin de vie de son conjoint, je me sentais fébrile à l’intérieur, remplie de doute et de stress. Comme je travaille à la maison de soins palliatifs où son conjoint était hébergé, j’ai pu consulter deux collègues précieux. Et j’ai compris que ma simple présence suffisait. C’est ainsi que toute crainte a disparu et que j’ai soutenu mon amie; elle a tenu sa main en le remerciant du bonheur et de l’amour profond qu’ils ont partagés ensemble. Les mots me manquent pour expliquer la gratitude et la paix intérieure qui m’ont envahie lors de cette première expérience d’accompagnement.

Jenny Lévesque/ GASPÉSIE
Créatrice de moments

Ma marraine est décédée en juin 2022. Même si nous n’étions pas préparés à ce départ si soudain, nous avons eu le privilège de l’accompagner à tour de rôle dans sa fin de vie au centre hospitalier. Nous avons aussi eu le temps de préparer ses funérailles en deux temps pendant l’été, afin de permettre à toute notre nombreuse famille de se réunir ici, en Gaspésie, pour la célébrer.

J’ai eu le privilège de chanter 3 de ses chansons préférées au salon funéraire. De Chantal Pary à Nana Mouskouri, c’était si beau d’entendre tous les gens chanter les refrainavec moi en pensant à cette femme tant aimée.  Ce moment magnifique s’est terminé par un repas ainsi qu’un feu sur la plage, où toutes les générations étaient réunies sous un coucher de soleil digne de la beauté de Gaétane.

Julie Mimeault/ GASPÉSIE
Créatrice de moments

Ma première expérience avec l’aide médicale à mourir, je l’ai vécue avec ma marraine Dania en juillet 2020. J’ai eu le privilège d’avoir des discussions franches avec elle, ce qui m’a permis d’avoir une vision plus large et plus claire de cette nouvelle réalité. Quel immense cadeau elle m’a offert en me confiant ses réflexions!

De notre histoire est née une conférence qui porte sur l’étincelle des possibles, celle qui s’allume lorsqu’on connaît le moment du départ. Tous ces moments précieux qui peuvent être créés, tous ces ressentis qui peuvent être partagés! Ces mots qui peuvent être dits… et entendus! Raconter ce chapitre de ma vie, c’est pour moi une belle façon d’être en contact avec elle.

Caroline Farley/ GASPÉSIE
Créatrice de moments

J’ai toujours eu une connexion spéciale avec ma grand-maman. Lorsque ma mère m’a appelé pour me dire que ses heures étaient comptées, j’ai tout de suite acheté un billet d’avion pour le prochain vol Gaspé/Montréal/Rouyn-Noranda afin de me rendre à son chevet avec ma troisième fille, âgée d’à peine 4 semaines. Malheureusement, ma grand-mère est décédée avant même que j’aie le temps de quitter pour l’aéroport…

Dans l’avion, malgré la pression de l’air dans l’habitacle, ma petite Béatrice n’a pas pleuré une seule fois ; elle était calme, paisible. Tout comme moi. En regardant le soleil et les nuages à travers le hublot, je sentais la présence de ma grand-mère comme si elle était près de Béa et moi… C’est difficile à décrire mais l’émotion était puissante. Lors des funérailles, quand ma voix a craqué en lisant l’hommage que je lui rendais, j’ai fermé les yeux et je lui ai demandé de m’aider à finir ma lecture. Elle l’a fait. On l’a fait ensemble.

Julie Carrier/ CÔTE-NORD
Créatrice de moments

C’est le jour de l’an 2020, je travaille en Inde et je lance un coup de fil à mon père qui, fidèle à la tradition, festoie avec notre famille de Bleuets. Je revis instantanément le souvenir de grand-maman Colette qui nous prenait dans ses bras à notre arrivée, et son parfum qui embrassait nos joues refroidies par l’air croquant du Saguenay. Pour qu’on s’entende mieux, Papa se déplace vers la chambre de grand-maman.

– Est-ce que ça sent encore grand-maman? – Non… On ne sent plus son odeur.

Naïvement, même si elle était décédée il y a plusieurs années, j’espérais que la pièce ait conservé son parfum… Quelques semaines plus tard, mon oncle Ben me faisait parvenir un colis : un porte-feuille de ma grand-maman Colette, gorgé de son odeur. Et un petit mot pour me partager que depuis son décès, il l’avait précieusement gardé dans un coffret pour humer son parfum, comme un baume pour lui: « Je te l’offre, son souvenir pourra se perpétuer. »

JEAN-PIER GRAVEL
Président-fondateur

Juste avant que ma grand-mère Thérèse nous quitte, à La Maison du Bouleau Blanc d’Amos, il s’est passé tout plein de magie : un rayon de soleil a frappé directement son cœur devant nos yeux, puis un immense arc-en-ciel s’est formé, comme une invitation personnalisée à s’envoler.

Ému, je suis sorti en trombe et, en relevant les yeux une fois près de la rivière Harricana, j’ai aperçu ceci… en m’entendant dire : « Moi, quand ma grand-maman monte au ciel, le feu pogne.»


Contact

info@departementdesmoments.com
450-626-INFO (4636)
Nous joindre

Cliquez pour sélectionner